Gestion et Droit des Énergies et du Développement Durable

COP 21

La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques(1) est un référentiel qui met en place un cadre global de coopération intergouvernementale. L’objectif est de faire face en commun au défi posé par l’accélération du phénomène de transformation du climat à l’échelle mondiale(2).

 

logo

 

A priori, les gouvernements signataires de cette convention coopèrent entre-eux pour mieux s’adapter aux changements climatiques. Ils se concertent pour mettre en œuvre plus facilement des stratégies nationales visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce cadre de discussion multilatéral se traduit également par la prise de mesures concrètes permettant de faire face aux conséquences des catastrophes naturelles générées par le réchauffement climatique, ainsi que par un soutien logistique et financier accordé par les pays développés aux pays en voie de développement qui seraient frappés par des phénomènes météorologiques résultant du dérèglement climatique(3).

Plusieurs réunions des parties au traité ont eu lieu par le passé(4). La France en sera le pays hôte au mois de décembre 2015(5). Tout le monde espère qu’à cette occasion un accord international sur le climat sera signé  dans le but de contenir le réchauffement global en deçà du  seuil de 2°C. Cet accord devrait être ambitieux et porter sur des nombreux aspects, tout en se basant sur les travaux de la COP 20 qui s’est déroulée en 2014 à Lima.

Pour ce faire, la France a proposé un agenda contenant un certain nombre de solutions. Celles-ci prennent la forme d’initiatives complémentaires à l’accord international espéré à Paris(6). Elles ont pour principal objectif d’associer les gouvernements aux acteurs non-étatiques, afin de soutenir et d’amplifier les engagements des États en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elles doivent également associer les membres de la société civile à la réflexion et à l’élaboration des mesures relatives à l’adaptation de nos sociétés postindustrielles aux impacts du dérèglement climatique, ainsi qu’au financement de ces actions(7).

Le but est de mettre en avant la nécessité d’agir collectivement pour parvenir à respecter l’objectif de limitation du réchauffement climatique à +2°C(8).

Les efforts doivent être réalisés par tous les individus, toutes les ONG, l’ensemble des collectivités territoriales et des organisations gouvernementales et inter-gouvernementales en fonction de leurs possibilités. On doit agir à cette fin en exerçant nos droits et devoirs de citoyens, en modifiant tant notre comportement quotidien que nos modes de vie. L’amélioration de notre environnement est une condition sine qua non si l’on désire laisser en héritage une planète plus propre et une société bâtie sur des valeurs plus saines aux générations futures.

(1) http://unfccc.int/documentation/documents/items/3595.php

(2) http://unfccc.int/portal_francophone/essential_background/convention/items/3270.php

(3) idem.

(4) http://unfccc.int/portal_francophone/historique/items/3293.php

(5) http://www.cop21.gouv.fr/fr

(6) http://www.cop21.gouv.fr/fr/le-choix-de-la-france/l-agenda-des-solutions

(7) http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/climat/conference-paris-climat-2015-cop21/

(8) http://www.cop21.gouv.fr/fr/cop21-cmp11/changements-climatiques-et-decisions

 

 

 

Formations complémentaires et connexes

Ce Master est intégré dans une offre globale du Master II AES comprenant les spécialités suivantes :
  • M2 Commerce électronique
  • M2 Droit de l’économie numérique
M2 Achat International

Partenaires